CRASHBIRDS - Dirty Rock 'n' Blues



De drôles de piafs que ces deux oiseaux-là

DELPHINE VIANE
GUITARE ,CHANT

 

PIERRE LEHOULIER 
LEAD GUITARE, CAISSE AMPLIFIÉE AU PIED

Et c’est à mon sens un doux euphémisme à plus d’un titre.

Imaginez plutôt Angus Young tapant le bœuf avec Janis Joplin, et vous aurez alors une vague idée de ce dont je vous parle.
Des riffs sanglants découpant la tôle mieux qu’un chalumeau, une flopée de notes qui s’envolent à foison vers le firmament sans jamais cesser de vous étreindre l’âme, le corps et le cœur, le tout servi copieusement sur un beat hypnotique martelé à coup de pieds sur une caisse amplifiée histoire d’équilibrer un tableau de Maître qui prend peu à peu forme sous nos yeux émerveillés.
Côté voix, une riot-girl à la crinière de feu et bottes de moto alterne puissance et fragilité, intensité et majesté, modulant un registre vocal parfaitement maîtrisé par le truchement d’un organe rauque - comme cassé au gravier et au mauvais bourbon frelaté - qui vous plongera dans des abysses de volupté.
Après un premier effort discographique de cinq cartouches intitulé « 1929 – BlackThursday » paru en 2011, l’intrépide duo persiste et signe un nouvel opus« No Mercy » sorti en 2013. Parmi cette nouvelle livraison aussi édifiante qu’indispensable, je retiens le sublime« Steamroller » qui deviendra rapidement par la suite ma nouvelle obsession sensorielle et auditive du moment.« Steamroller » : c’est séminal, dangereux, vicieux, un titre fort, mid-tempo, appuyé par une rythmique saturée imparable distillée par une guitare folk, et le timbre dur d’une voix à la fois dramatique et pleine d’emphase qui sonne comme un coup de semonce.
Le songwriting est magistral, la mécanique du morceau imparable, les parties guitares son des modèles du genre et laissent l’auditeur sur le carreau, le souffle court, le cerveau en pleine liquéfaction ...
Mais qui sont donc ces deux obscurs, sombres et mystérieux oiseaux - ces fameux CRASHBIRDS qui se targuent de jouer du « Cui-Cui Rock & Roll » - dont le génie et le talent n’ont d’égal que leur modestie et leur gentillesse.
Des piafs capables de trousser avec aisance du Folk-Rock millésimé (« He Drinks Like AFish »), du Boogie Rock endiablé qui mettra à coup sûr le feu sur le dance-floor (« Boogie Night »), du Swamp Rock And Roll moite, juteux et bien acide (« SteamRoller »), du gros Blues qui tache les dessous de bras (« Neon Bar »), ou tout simplement capables de distribuer les bourre-pif à qui en redemandera encore (« Hard Job » & « No Mercy ») !!! Et que dire de cet inestimable joyau « Spanish Blues », aussi aérien que sublime,qui prend l’auditeur au plexus, comme pour l’achever par la surprise de tant de douceur contenue. Autant dire qu’avec un titre de ce calibre, l’album devient carrément ambitieux, un disque à la fois homogène, surprenant et hors des sentiers battus. Alors évidemment : âmes sensibles et grenouilles de bénitier s’abstenir. CRASHBIRDS en concert ou sur album, c’est un élixir de jouvence tiré du même tonneau : âpre, rude, fort en bouche, charnu, boisé, vieilli en fût de chêne avec l’amour du travail bien fait.
Si d’aventure vous sirotez une bonne bière bien fraîche dans un rade sombre et avenant, et que vous apercevez sur un coin de scène une guitare SG, deux guitares folk, un foot-drums fait-main, un flacon de talc pour bébé et une chaussure de sécurité Caterpillar abandonnée, prenez votre mal en patience et commandez une seconde bière :

L’heure du« Cui-Cui Rock & Roll » des CRASHBIRDS a sonné !!!

Et vous risquez d’aimer çà….


Headsuker